ip1

Le seul qui existe, mais si difficile à saisir. Je m'éparpille, je m'éloigne, je le perds, je me perds. Il m'échappe. Il me rattrape, me ramène à lui, je me recentre, puis à nouveau me disperse, attirée par l'avant, l'ailleurs, l'après. Je me juge, je m'en veux, je m'agace. Il est pourtant là, à la fois évanescent et permanent. Est-ce lui que je dois apprivoiser? Ou est-ce à moi de m'apprivoiser, de m'habituer, de m'exercer pour le retenir, puisque lui ne me quitte pas?

Balancier des âmes, esprit vagabond, mouvement incessant.